Mondial 2018 : MONDIAL 2018: Moussa Ndiaye : « Il faut gagner le premier match pour faire une bonne campagne »

près une riche carrière en Europe, Moussa Ndiaye est rentré au Sénégal pour exercer le métier d’entraineur. C’est au Stade Alassane Djigo de Pikine que la rédaction de wiwsport.com l’a interrogé après la qualification de son équipe (ASC Ceely) en demi-finale de la zone 8C.

Dans cet entretien exclusif, l’ancien joueur de Monaco annonce qu’il veut remporter le trophée de la zone 8C avec l’ASC Ceely. Moussa Ndiaye souhaite aller loin dans ce métier d’entraîneur et n’exclut pas l’équipe nationale du Sénégal. Pour le mondial 2018 en Russie, il estime que les lions doivent assurer leur première rencontre pour faire une bonne campagne.

Quels sont vos impressions après votre qualification en demi-finale avec l’ASC Ceely ?

« On a bien travaillé depuis le début de la compétition. J’ai de jeunes joueurs qui veulent toujours gagner. Mais il faut être prudent dans un match à qualification directe. Il y’a de la pression au niveau des joueurs, des dirigeants, même si je sais que personnellement je n’ai pas de problème ».

Quels sont vos objectifs avec l’ASC Ceely cette saison ?

« Mon objectif est de prendre la coupe. En plus je veux apprendre aux jeunes à jouer au football pour qu’ils soient respectés. Je pense que ce qu’ils font, aucune équipe ne le fait sur le terrain. Donc c’est à eux de redoubler d’efforts pour montrer que Ceely doit prendre la coupe ».

Vous entrainer deux équipes, USPA (National 1) et l’ASC Ceely, comment vous vous organisez ?

« C’est avec mon expérience que je gère cette situation. Le matin j’entraine USPA et le soir je prends l’ASC Ceely. Mais les navetanes finissent bientôt, et avec USPA, c’est le championnat. La moitié des joueurs qui jouent avec l’ASC Ceely évoluent en nous en championnat. Et le football c’est comme ça il faut évoluer pour toujours acquérir de l’expérience ».

Donc vous avez des projets pour le championnat sénégalais ?

« Mon objectif est de devenir entraineur, et pour cela il faut passer par la base. J’ai commencé par les navetanes et j’ai pris maintenant USPA qui évolue en national. Donc c’est ce qui me permet d’apprendre et avec le temps tu vas acquérir de l’expérience. Moi je vise loin et pour le moment je suis en train d’apprendre »

Vous avez des ambitions pour entrainer l’équipe nationale du Sénégal dans le futur ?

« C’est mon souhait. Je sais que le moment venu je aurai le faire. Mais pour le moment, je suis dans mon coin en train de travailler et apprendre ».

Qu’est ce que vous pensez de la poule des lions au Mondial 2018 en Russie ?

« Nous allons jouer contre de grandes équipes qui ont de grands joueurs. Il faut assurer notre premier match. Dans ces genres de compétition, tu abordes bien ton premier match et tu restes confiant pour la suite. Il faut donc gagner le premier match pour faire une bonne campagne. Le Sénégal a des joueurs talentueux capables de faire la différence et faire qualifier l’équipe ».

Qu’est ce que le sélectionneur des lions Aliou Cisse doit améliorer avant le Mondial ?

« Aliou doit continuer sur cette lancée, continuer le travail qu’il fait et prendre ses responsabilités. Les joueurs aussi doivent montrer qu’ils méritent leur qualification au mondial. Ce n’est pas n’importe quel joueur qui part à la coupe du monde. Donc c’est aux joueurs d’être plus engagés, montrer leur talent. Que tous les sénégalais s’unissent derrière cette équipe pour la victoire ».

Comment aviez vous vécu votre premier match en coupe du monde contre la France en 2002 ?

« Au début il y’avait de la pression parce que c’était un match qui avait un grand enjeu. Il y’avait des joueurs que je connaissais comme Thiery Henry, Trezeguet. Bartez on partageait la même équipe à Monaco. De ce fait, on avait de la rigueur et une entente dans le groupe pour pouvoir gagner ce match ».

 

Source: wiwsport.com