ECLAIRAGE PUBLIC SOLAIRE : Le Sénégal va déployer 50.000 lampadaires solaires sur un tiers de son territoire.

C’est sans doute le plus gros chantier d’éclairage public solaire dans le monde. Le Sénégal va déployer 50.000 lampadaires solaires sur un tiers de son territoire. Le contrat de 87 millions d’euros a été officiellement signé ce vendredi dernier à Dakar, à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron. Principaux intéressés, Fonroche Eclairage, qui va fournir les appareils, et Eiffage, qui va les installer sur place avec l’aide de techniciens locaux. Un chantier soutenu par la France, puisque le Sénégal va financer cet investissement grâce à un emprunt auprès de Bpi- France et du Trésor.
Fonroche, qui travaille sur ce projet depuis trois ans, a été choisi parmi une trentaine d’industriels, principalement asiatiques, américains et européens – dont son concurrent bordelais, Sunna Design. L’Agence nationale pour les énergies renouvelables (ANER), qui était chargée de préparer l’appel d’offres, avait mis trois critères en avant : la performance, la vitesse d’exécution et un assemblage local.
Fonroche, créé en 2008 par Yann Maus, a longtemps consacré l’essentiel de son activité à l’énergie photovoltaïque. S’il a développé des projets de fermes solaires partout dans le monde pour une capacité de 230 mégawatts, le groupe a préféré l’an dernier revendre cette activité à la société d’investissement Eurazeo et au fonds InfraVia Capital Partners. Dotée de solides fonds propres de 100 millions d’euros, l’entreprise de 150 personnes est désormais en passe de se développer principalement dans la géothermie et le biogaz. Plusieurs grosses usines de méthanisation sont en chantier après celle exploitée à Villeneuve-sur-Lot.
C’est pourtant l’éclairage solaire, sur lequel le groupe travaille depuis 2011, qui va lui apporter le plus de visibilité. Avec ce contrat, l’entreprise, qui a déjà fourni 160 lampadaires Fonroche Smartlight au Sénégal pour éclairer l’accès au nouvel aéroport international Blaise-Diagne, passe à la vitesse supérieure. L’occasion de doper le chiffre d’affaires de 6 millions d’euros de la branche éclairage et de prouver au marché la qualité de sa technologie à l’international. S’ils sont garantis cinq ans, ses candélabres solaires ont été conçus pour une durée de vie de dix ans sans maintenance.
Les batteries en alliage de Nickel seront fabriquées par Fonroche à Roquefort (Lot-et-Garonne), ainsi probablement que les panneaux solaires. Même si l’usine du groupe sur le même site a été vendue l’an dernier et produit désormais sous l’enseigne Reden Solar. Au terme du contrat qui spécifie que la part française sera supérieure à 50 %, une quinzaine d’emplois devraient ainsi être créés. « Dans un candélabre solaire, 80 % de la valeur ajoutée vient de la batterie et du logiciel, qui permettent de délivrer la puissance de façon intelligente afin d’assurer le fonctionnement pendant dix ans, soit 4.000 cycles », insiste Laurent Lubrano le directeur général.

Source :Dakaractu