MACKY DANS LA TOURMENTE DU GAZ

23

La controverse autour de la publication du contrat gazier signé entre le président Sall et son homologue mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, suscitée par le président du parti Rewmi Idrissa Seck, ne désemplit toujours pas. A la suite de la réponse du principal auteur de ce contrat, le chef de l’Etat Macky Sall et de la sortie de son ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, qui est monté au créneau pour conforter son mentor, Sud quotidien prêtre la parole à certains acteurs de la société civile. Interpellés sur cette question, Boubacar Ba, président du Forum du justiciable, et Ibrahima Sory Diallo, président de la Coalition publiez ce que vous payez -Sénégal dégagent le voie à suivre. 

BOUBACAR BA, PRÉSIDENT DU FORUM DU JUSTICIABLE :  «La procédure normale à laquelle Macky Sall fait allusion n’inspire pas confiance…»

Si, aujourd’hui, on avait un parlement digne de ce nom, c’est-à-dire, un parlement censé défendre les intérêts du peuple et non les intérêts du président de la République, on pourrait accepter que le protocole puisse suivre la procédure normale sans pour autant qu’il soit rendu public avant d’être validé par les députés. Mais, vu la configuration de notre Assemblée nationale où nous avons des députés à la majorité mécanique, plutôt soucieux des intérêts du président de la République que ceux du peuple, il serait préférable de rendre publics les termes du contrat avant toute ratification. Le peuple qui reste seul souverain, mérite d’être informé sur ces genres de question qui sont d’une capitale importante, surtout qu’il s’agit d’une question relative à nos ressources naturelles. Nous, en tant que membre de la société civile, nous demandons solennellement au président de la République de rendre publics les termes du contrat avant toute ratification car, une fois que le protocole est ratifié, il nous sera très difficile d’y revenir. Et n’oublions pas que les questions relatives à nos ressources naturelles sont des questions très sensibles. Alors, tout doit être fait dans la transparence pour éviter toute frustration ultérieure. Mr le Président de la République, la procédure normale dont vous faites allusion ne nous inspire pas confiance. Alors nous vous demandons solennellement de rendre publics les termes du contrat.

IBRAHIMA SORY DIALLO, PRÉSIDENT DE LA COALITION PUBLIEZ CE QUE VOUS PAYEZ- SÉNÉGAL : «Nous incitons le gouvernement à… rendre public rapidement le contenu de ce contrat»

La transparence est vraiment une exigence de la société civile et cela est valable aussi bien pour tous les contrats, y compris celui signé entre le Sénégal et la Mauritanie. Nous nous battons pour la transparence dans le secteur pétrolier et gazier mais aussi dans tout ce qui est ressource minéralière et présentement, le dossier du Sénégal est en train d’être examiné en vue de la reconnaissance de notre pays comme pays conforme aux règles de transparence dans ce secteur. Pour autant, je pense que ce n’est pas le moment d’entacher ce processus qui s’est passé très difficilement mais qui, au premier coup d’essai, a projeté notre pays sur la scène internationale. Maintenant, nous sommes dans une République bien organisée avec ses principes que nous sommes tenus de respecter. Toutefois, je pense que cela ne changera rien, notamment le contenu de ce qui a été signé. Nous tenons donc à ce que ce contrat soit publié dans des délais très courts. Pour cela, nous incitons le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires afin de rendre public le contenu de ce contrat le plus rapidement possible. Cela, pour permettre à tous les Sénégalais de savoir ce qui est dans ce texte. Cette démarche est pertinente aussi bien pour notre pays que pour les entreprises appelées à s’engager dans ce secteur.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

error: Action non autorisée