Chiffre d’affaires de plus de 160 milliards generé en 2016

Le ministre de l’Elevage et des productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye, qui présidait hier un atelier sur l’amélioration des performances dans l’aviculture sénégalaise, a fait état d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 160 milliards de francs Cfa généré par la filière en 2016.

Le Sénégal avait décidé de fermer ses frontières à l’importation de poulets et de matériels avicoles usagers, mais également de donner le temps nécessaire à la filière avicole de s’organiser pour faire face à la concurrence du marché international.

A en croire le ministre de l’Elevage et des productions animales, ces mesures ont positivement impacté les productions. «En 2016, la production de viande de volaille a représenté 36% de la production nationale de la viande toutes espèces confondues qui était à 242 mille 641 tonnes. Une moyenne de progression de 15% par an est notée. S’agissant des œufs de consommation, la production en 2016 a été évaluée à 615 millions d’unités avec une moyenne annuelle de progression de 7 ans. Ainsi, le chiffre d’affaires annuel de l’aviculture s’est élevé à plus de 160 milliards de francs Cfa», a soutenu Aminata Mbengue Ndiaye hier, lors d’un atelier sur l’amélioration des performances de la filière avicole sénégalaise.

Selon le ministre, ces résultats ont été possibles grâce à l’important tissu industriel et d’entreprises mise en place autour de l’aviculture. Malgré tout, la filière avicole est confrontée à de nombreuses contraintes, à savoir la persistance, l’apparition ou la recrudescence de certaines maladies et le non-respect des normes de biosécurité, la cherté de l’aliment de volaille, la faible transformation des produits avicoles et la faible professionnalisation des acteurs, entre autres. Pour faire face à ces contraintes, Aminata Mbengue Ndiaye qui a salué le travail de l’Interprofession avicole du Sénégal qui est la première interprofession d’éleveurs créée au Sénégal l’a invitée à mieux renforcer ses activités, à élargir le nombre d’adhérents avec l’extension de ses organes à l’ensemble du pays et à une meilleure prise en compte de l’aviculture traditionnelle et familiale.

L’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) veut en ce sens doter les Etats membres d’organisations professionnelles capables d’assumer leurs rôles et responsabilités pour lever les contraintes et engager les filières avicoles nationales dans la voie de l’émergence à travers le renforcement de leur productivité et de leur compétitivité. Ainsi, elle a apporté un appui financier d’un montant de 12,5 millions de francs Cfa au Sénégal pour l’organisation d’ateliers nationaux pour accompagner le processus d’organisation et de structuration interprofessionnelle de la filière avicole.

Le ministre de l’Elevage et des productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye, qui présidait à Saly l’ouverture de l’atelier, a magnifié cet appui qui entre dans le cadre de la mise en œuvre de la politique agricole de l’Union et du plan directeur des filières agricoles prioritaires, conduits par la Commission de l’Uemoa. A ces yeux, cet appui de l’Uemoa vient au moment où la filière avicole séné- galaise évolue dans un contexte de protection due à la menace liée à la grippe aviaire. Ainsi, le ministre a promis à ces acteurs de veiller à ce que ces recommandations soient prises en compte dans les straté- gies dédiées à la filière avicole tant au plan national que sous-régional.