400 licences délivrées aux pêcheurs sénégalais

9

Oumar Guèye, ministre de la Pêche et de l’Economie maritime était hier, à Saint-Louis où il a rencontré les différents acteurs du secteur de la pêche de la Langue de barbaries. Il était venu rendre compte aux professionnels de la mer, les décisions prises de commun accord entre le Sénégal et la Mauritanie sur la gestion des licences de pêche avant d’inviter les acteurs au respect scrupuleux des nouvelles dispositions qui vont permettre la construction d’un quai à Mboyo et d’une route de 2,5 km, financée par l’Etat mauritanien.

Ce protocole d’accords signé en marge de la rencontre des Chefs d’Etats de l’Union africaine (Ua) a permis de constater que cinquante mille (50.000) tonnes de poisson autorisées par les mauritaniens, seront débarquées au Sénégal, en dehors des 6% qui seront impérativement vendues en terres mauritaniennes. Concernant les licences, le ministre Oumar Guèye révèle qu’au total, quatre-cents (400) licences seront délivrées aux pêcheurs guet-ndariens. «Les deux-cents (200) sont destinées pour les sennes tournantes», a-t-il souligné.

Il convient de rappeler que la tonne de poissons s’échange à quinze 15 euros pour les pêcheurs qui donneront les dix (10) euros et les cinq (5) restant seront subventionnés par l’Etat. Poursuivant, il annonce qu’il y a un système provisoire qui sera initié. «Celui-ci consiste à débarquer à Saint-Louis en présence des autorités du Sénégal et de la Mauritanie pour contrôler si les dispositions prises pour l’application des espèces retenues dans l’accord, sont respectées. Cette période transitoire va durer au maximum douze (12) mois, coïncidant avec le délai de construction du nouveau quai rapproché de 2,5 km de Saint-Louis. Il sera désormais installé à Boyo et non à Ndiango comme initialement annoncé. Cette infrastructure sera entièrement construite et financée par l’Etat mauritanien qui mettra en place une chambre froide ainsi que la construction du tronçon de Boyo à la frontière de Goxu Mbacc», a expliqué Oumar Guèye.

L’Etat du Sénégal s’engage à construire le reste de la route en terre sénégalaise et mettra à la disposition des pêcheurs des camions frigorifiques pour le transport des produits halieutiques. Du côté des responsables des pêcheurs, beaucoup ont bien accueilli ces nouvelles mesures. Ils ont également invité le Chef de l’Etat à poursuivre les négociations pour permettre aux pêcheurs artisanaux dont le matériel est arraisonné actuellement à Ndiango de le reprendre.

Galaye SENE  |   Publication 04/07/2018

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

error: Action non autorisée