Mamadou Tougoundé Sow ,sur les traces de son père

Fils du grand chanteur Tougoundé Sow ,Mamadou Sow a entamé sa carrière depuis quelques années au Sénégal et est entrain de marcher sur les traces de son père qui était un symbole pour la communauté peule et malienne du Sénégal et du Mali. Ce chanteur qui a grandit à Walaldé dans l’ile amorfil joue deux instruments à la fois (Guitare, Hoddou).

J’ai aimé la musique tout petit …

Depuis tout petit,j’étais toujours accompagné de mon père qui joue au Hoddou qui est un  instrument purement africain et particulièrement peule.Mon père était  aimé par la communauté peule malgré qu’il venait du Mali.Il avait la particularité de rapprocher par son hoddou la musique traditionnelle peule et Mandingue. Mon papa m’a beaucoup inspiré et m’a appris beaucoup de chose. Au delà de la musique mon père avait des connaissances mystiques qui l’ont permis d’ailleurs de s’installer dans une communauté ou il n’était vraiment  pas  évident .Je peux vraiment dire que mon père m’a vraiment légué tout ce qu’il avait de valeureux.Je suis entré naturellement dans la musique .

J’ai grandit sous l’ombre de Baaba Maal …

J’ai connu Baaba Maal,çà fait maintenant plus de 15 ans.J’ai grandit pratiquement au sein du dandé lenol et j’ai vraiment beaucoup appris parce que vous savez Baaba Maal c’est un artiste complet.Il m’a beaucoup façonné et m’a permit de comprendre que la musique etait du businesse .J’ai voyagé avec l’orchestre du Dandé lenol et sillonné beaucoup de villages du Fouta.

J’ambitionne à travers ma musique participer à l’intégration sous régional et continental …

Je suis entré dans la musique pour participer au développement socio et économique de mon pays.A travers la musique nous pouvons beaucoup apporter dans le développement de l’Afrique ,j’en suis conscient.D’abord je joue le Hoddou qui est un instrument qui peut rapprocher toutes les communautés africaines.

Je compte dans les mois prochains faire une grande tournée africaine que je vais débuter par la Mauritanie qui est un pays que j’aime beaucoup ou j’ai beaucoup de parents.

BOUDAL NDIATH 

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.