Mary Teuw Niane satisfait

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Pr Mary Teuw Niane, s’est prononcé sur l’exclusion de 127 candidats au Baccalauréat dont 124 au lycée Amary Ndack Seck de Thiès. Il dénonce «un acte d’indiscipline» et demande «l’application de la réglementation dans toute sa rigueur», avant de mettre le sort des candidats exclus entre les mains de l’Office du baccalauréat.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Pr Mary Teuw Niane, s’est prononcé sur l’exclusion de 127 candidats au Baccalauréat dont 124 au lycée Amary Ndack Seck de Thiès. Il dénonce un acte «d’indiscipline par rapport à des mesures prises». Il rappelle que «le ministère de l’Enseignement supérieur, à travers l’Office du baccalauréat, a bien avant le Bac communiqué par la radio, la télé, les réseaux sociaux» sur les mesures prises pour éviter les fraudes. Il présidait samedi, à Thiès, la cérémonie de remise de diplômes à la 41e promotion de l’Ecole polytechnique de Thiès (Ept) qui mettait à l’honneur la première promotion d’ingénieurs en aéronautique entièrement formés au Sénégal, en partenariat avec l’Ecole de l’armée de l’air. «Une interdiction stricte d’amener des téléphones portables dans les centres d’examen pour ce qui concerne les candidats a été prise. Laquelle a été également appliquée aux surveillants dans les salles de classe», dit-il.

Malgré tout, «au plan national, 3 à 4 cas ont été relevés, et la plus préoccupante» reste la situation particulière du lycée Amadou Ndack Seck de Thiès où 124 élèves ont été exclus pour avoir amené des portables dans les salles d’examen. Il poursuit : «Le matin, le chef de centre, par porte-voix, a informé tout le monde de cette interdiction. La réglementation a été appliquée en toute rigueur parce que s’il y a une seule tache sur le Bac, ça concerne tous les bacheliers sénégalais. Notre devoir est de protéger le diplôme et tous les bacheliers sénégalais», dit le ministre qui signale toutefois que «le dernier mot revient à l’Office du bac pour apprécier l’appel à la clémence lancé par les parents d’élèves des candidats concernés, à Thiès notamment. La question est au niveau du conseil de discipline de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui va se réunir et examiner la situation. Elle annoncera bientôt quelles sont les dispositions qui seront prises».

Au-delà, Pr Mary Teuw Niane de se réjouir que «le Bac­calauréat 2018 a enregistré au 1er tour un taux de réussite de 15%, soit un progrès de 3% comparé au Bac 2017 (12%)». Sans compter, poursuit-il, «des progrès faits aussi au niveau des mentions Très bien et Bien que du taux de passage en 2e groupe». Ce qui fait espérer «un taux de réussite entre 35 et 42%». Egalement, dit-il, «les séries littéraires continuent d’attirer les élèves et candidats au Bac, car pour ce Baccalauréat 2018, nous avons eu de l’ordre de 82% de candidats venant de séries littéraires. Cela pose un sérieux problème, un problème constant. Il ne s’améliore pas. Nous allons regarder, affiner les pourcentages», annonce-t-il. Non sans reconnaître les efforts consentis par les autorités pour lutter contre la fraude. «Ce Bac a été préparé de manière participative. Nous avons tenu plusieurs réunions avec les inspecteurs d’académie. J’ai moi-même présidé une réunion avec les syndicalistes représentatifs au niveau de l’éducation nationale et de la formation professionnelle. Les mesures qui ont été prises l’ont été de manière consensuelle. Les Sénégalais se rendent compte qu’en prenant ces mesures, nous sommes arrivés à un Bac sans fraude qui crédibilise notre Baccalauréat. C’était un engagement du ministère qui a été mis en œuvre dans une concertation avec l’éducation nationale, la formation professionnelle, les syndicats et l’Administration territoriale», s’est-il félicité.