BOUDAL NDIATH JOURNALISTE–BLOGEUR PRESIDENT DIRECTEUR DU SITE D’INFORMATIONS DAKAREXPRESS : « J’ai aimé le journalisme tout petit …»

21

A l’occasion de la célébration des deux ans du site d’informations  sénégalais dakarexpress.net, Le president directeur  Boudal Ndiath livre un entretien à la rédaction, pour jeter un regard sur le rétroviseur, le journaliste blogueur  en profite pour lever un coin du voile.

Dakar express célèbre ses deux ans sur la scène médiatique sénégalaise. Comment se  sont passées ses deux années ?

Permettez-moi tout d’abord  de remercier le bon Dieu, remercier sincèrement mes parents qui m’ont toujours soutenu même pendant les moments les plus difficiles. La rédaction de Dakar express va célébrer ses deux ans ce mois d’août. Pendant deux ans des journalistes se débrouillent pas mal pour donner le meilleur de l’information. Je pense qu’en terme de traitement de l’information toute la rédaction s’est donnée à fond pour un traitement équilibré de l’information. Je profite pour dire mention spéciale aux photographes de Dakarexpress qui font un excellent travail dans la réalisation et dans le montage. Bref je dis bravo à toute l’équipe et surtout à ces jeunes stagiaires qui ont une grande envie d’aller à la quête de l’information.

Je profite de l’occasion pour remercier nos lecteurs et nos téléspectateurs dans le monde  et  tous ceux qui par une réflexion approfondie contribuent à la bonne marche de Dakar express. Cette dernière a pour ambition d’être une école de formation en journalisme Web, de conception et de mise en ligne de site internet. Nous avons ouvert une formation dans ce sens. Si vous voulez vous faire former en temps record en Conception de site internet et de mise en ligne, vous pouvez nous contacter;

Parlez-nous un peu de Dakar express. Comment vous est venue l’idée ?

 

Permettez-moi tout d’abord de rappeler que je suis bloggeur depuis 2006. .Je me suis toujours intéressé au journalisme surtout au journalisme en ligne parce que c’est l’avenir de la presse.

La création de Dakarexpress m’est venue pour la première fois lors d’un séminaire que j’avais organisé à Pété en 2013. La radio Fouta Fm en partenariat avec la commune de Pété m’avait invité pour un séminaire de formation. J’ai travaillé avec une vingtaine de jeunes du Fouta pendant trois jours. Lors de ce séminaire j’ai senti qu’il y’avait un grand talent qu’il fallait réveiller chez les jeunes. En trois jours des jeunes qui n’ont jamais fait la radio ont géré l’antenne avec brio. J’ai remarqué des talents parmi ces jeunes. Et j’ai senti vraiment chez moi un sentiment d’entreprendre.

Un jour, le journaliste Pape Alé Niang est mon invité pour débattre sur l’actualité nationale. Après l’émission nous avons échangé sur le journalisme en ligne. Il m’a beaucoup conseillé  me demandant de s’intéresser au journalisme Web parce que c’était l’avenir.

Mais mon idée de créer Dakarexpress  m’a été réconforté par Grand Pacotille rappeur qui était un ami avec qui j’échangeais beaucoup.

Pacotille me conseillait  beaucoup et me demander tout le  temps de me lancer dans l’entrepreneuriat.Quand j’ai senti la nécessite de m’engager ,je suis allé voir Baaba Maal un soir pour lui demander conseil .Ces conseils m’ont vraiment été utiles. Je lui en remercie de passage.

En résumé Dakarexpress est une suite logique de ma passion qu’est le journalisme.

Vous profitez de ces deux ans pour produire votre premier film documentaire, « voyage au cœur de l’ile amorphil … »

Je profite de ces deux ans pour présenter ma première production, mon premier film documentaire. Ce film est un retour à mes racines. C’est un voyage au cœur de la plus grande île du Sénégal en terme de superficie , située au Nord du Sénégal dans le département de Podor. Ce film revient sur la vie dans cette partie du Sénégal. L’objectif est de montrer comment l’ile Amorphil peut être le grenier agricole du Sénégal parce que c’est une  grande île qui dispose d’une bande de terre fertile et des ressources humaines qui sont pour la plupart des agriculteurs et des éleveurs. Je pense que si cette bande de terre est  bien exploitée, le Sénégal en tirera grandement profit surtout dans la production agricole et le développement d’un élevage de qualité.

« VOYAGE AU CŒUR DE L’ILE AMORFIL» EST UN RETOUR A MES RACINES …»

 

 

Dans ce film, l’aspect économique, culturel et traditionnel n’a pas été négligé.

Merci à tous ceux et celles qui ont contribué à la réalisation de ce film. Merci aux habitants de l’ile qui m’ont toujours  accueilli dans une bonne ambiance.

Merci particulièrement à Amadou Harouna GAYE, Idy GAYE directeur radio Fouta Fm,  idy SENE, le proviseur du Lycée de Cas –Cas , l’infirmier BAAL, La radio communautaire de Cas Cas, Docteur Yero Hamet  DIALLO, Docteur Ibrahima Abou NGUETTE, Baaba MAAL , Samba Ciré Gorel, Ibrahima AW, jules AW, Aboubacry DIALLO et Abdoul Aziz NDIATH  amadou Diallo Gilliane Courtois et baba Issa  Ndiath pour la recherche documentaire …Mention spécial à mes amis Afrique (Elimane Abdoul Fall ,Ibrahima kane ,Ousmane Ly Mouhamaed Dias ,bachir et racine Ly et Yaya Samba Niang

Merci  particulièrement  à Hélène Laroche qui a participé au tournage et à Marie Joséphine Grosjean pour l’encadrement. A Aminata Diallo ma cousine, je dis merci pour tout.Je ne saurai oublier Karine Frenk journaliste à Radio France International (RFI)

Merci  à Moussa Mbaye, Ibnou Oumar Tall et Amadou Thiam Cas –Cas qui m’ont facilité le déplacement dans la zone et l’hébergement. Je ne saurai oublier Lobatte Mamadou Birane FALL ce noble pêcheur qui s’est donné toute sa vie à aider les gens. J’avoue que l’ile Amorphil a perdu un grand homme  C’est un homme que j’ai côtoyé durant tout le tournage de ce film et qui m’a beaucoup aidé.

 

http://www.dakarexpress.net/wp-admin/post.php?post=17730&action=edit

« Mention spéciale à Tidiane Hann, ce grand journaliste qui s’est toujours battu pour la quête d’une information fiable … »

Mes pensées vont vers Mamadou Demba Diol ce grand chanteur, qui a  composé  la musique du film. Pendant des années Diol à collaborer pour la réalisation de ce court métrage. Ce film lui est naturellement dédié et à mes grands parents je dédié ce court métrage  . Je présente mes sincères condoléances à sa famille et à ses amis.

A Tidiane Anne, ce grand journaliste qui s’est battu durant toute sa vie à la quête d’une bonne information, je dis merci pour la contribution exceptionnelle dans l’évolution des mentalités.

A mon oncle Oumar Sy et à sa femme, je dis merci pour tout.

 

 « A L’ECOLE PRIMAIRE JE REVAIS DE CREER UNE TELEVISION, POUR FAIRE CONNAITRE MON VILLAGE »

 

Parlez-nous de votre cursus ?

Je suis originaire de Madina Ndiathbé (dans le département de Podor) où j’ai fait mes études primaires . Permettez-moi de remercier mon enseignant en classe de CM2 Mr Kisma Dramé pour tout ce qu’il a fait pour moi. C’est le premier à croire à mes capacités et il me le répétait toujours. En classe de CM2 j’étais le seul qui avais accès à la salle de classe en dehors des heures de cours. Je détenais les clés de la classe toujours dans mes poches . Vous me permettrez de rendre un vibrant hommage mes promotionnaires de classe.

Après l’école primaire au village, c’est dans la banlieue dakaroise que je vais poursuivre mes études secondaires. J’ai eu mon bac au Lycée des parcelles assainies difficilement. Mention spéciale  à mon ami Abou Ba avec qui je partageais la même table de banc au lycée des Parcelles Assainies.

Quand j’ai eu mon bac en 2006 je suis orienté à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. J’obtiens ma licence  en Droit privé (Spécialité carrière Juridique). La même année je suis admis au Cesti. Une année plus tard j’obtiens mon attestion en journalisme Option Radio. J’ai bien aimé l’organisation et la qualité des cours du CESTI. J’aime toujours écouter des gens comme Lamine Touré enseignant en radio. J’ai aussi côtoyé Mamadou Ndiaye qui enseigne le web journalisme, un homme très intéressant.

En 2008, je suis admis comme stagiaire à la radio Oxy -Jeunes. J’ai fait cinq ans (5)  dans cette radio de la banlieue. Mon passage à La radio oxy jeunes reste très intéressant  en terme d’apprentissage. Je peux dire que c’est la radio qui m’a appris mes premiers cours  en journalisme et cela m’a beaucoup servi.

A Oxy Jeunes, Oumar Seck Ndiaye abat un excellent boulot pour la formation des jeunes en journalisme. Je tiens particulièrement à remercier l’ancien directeur de la radio Monsieur Daouda Guéye qui m’a permis d’intégrer la rédaction et à Seydina Oumar Sy le rédacteur en chef de la radio qui m’ont toujours soutenu.

En 2014, j’ai été recruté avec d’autres jeunes journalistes pour former une rédaction et démarrer la nouvelle Radio Top Fm Horizon. En 2016, je suis nommé  rédacteur en chef de la radio. Mais finalement une année plus tard la radio change et devient une radio musicale. Je décide de créer mon groupe de presse en ligne DAKAREXPRESS.NET, SENEGALSPORT.NET depuis 2016. L’application Dakar express est téléchargeable sur play store .

 

Depuis une année je suis formé et accompagné par l’état du Sénégal à travers le Psej (Programme Sénégalais des jeunes entrepreneurs à travers une formation de qualité en entrepreneuriat.

Après 10 ans dans la presse, quelle appréciation faites-vous du journalisme au Sénégal ?

Ecoutez, je pense que nous avons une bonne presse avec de grands journalistes que je respecte beaucoup même si à coté il y’a des journalistes qui n’ont  aucun niveau et qui se croient au-dessus de tout le monde .Sur le plan de la réglementation, la presse est régie par une convention et un code de la presse qui n’est jamais respecté. Certains patrons de presse vivent sur le dos des pauvres journalistes sans vergogne.

YOUNOUSS WATT

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

error: Action non autorisée