MALICK YERO KA DIT ALIOU LY Allemagne MEMBRE FONDATEUR DE L’APR ET PRESIDENT DE MODE–SECU : « Nos responsables politiques à la base au lieu de travailler pour la matérialisation de la vision du président, se livrent à des guerres de positionnement »

 

Président du mouvement pour le développement économique et culturel (Mode Secu) dans le département de Pikine ,également membre fondateur de l’alliance pour la république (APR) et ex président directeur général d’une société allemande dite « Deutch Africa Marketing),Malick yero Ka nourrit et déroule un révolutionnaire programme qui vise l’émergence en banlieue.

« Mettre en place 33 groupements d’intérêt économique (GIE) dans chacune des 16communes du département de Pikine, trouver aux membres les financements nécessaires, les accompagner avec des incubateurs (Entreprises –Ecole) » :Voilà l’un des axes  de l’ambitieux programme de ce cadre en service à L’ARTP .A propos de l’engagement militant ,Malick yero ka compte la politique autrement. Dans cet  entretien Aliou Ly Allemgne détaille ses ambitions.

Qui est Aliou Allemagne ?

Je m’appelle Malick Yero Ka, plus connu sous le nom de Aliou Ly Allemagne. Je suis née à Pikine, dans le quartier Nietty Mbar.Je suis opérateur économique .Je fus le Président –Directeur-Général  de la société « Deutsch Africa Marketing »basée en Allemagne, avant de rentrer au Senegal .Egalement membre fondateur de l’alliance pour la republique (APR).J’ai résidé en Allemagne( APR).J’ai résidé en Allemagne ,dans le Land Bremen

Vous etes membre fondateur de l’APR mais on ne vous voit pas sur la scene étatique .Avez vous été laissé en rade ?

Nous sommes les initiateurs de l’apr .Nous avons beaucoup travaillé  avec nos stratégies jusqu’à ce que Macky Sall  accède  à la magistrature suprême. C’est ensuite que je suis rentré au Sénégal, car j’avais juré que si Macky accède au pouvoir j’abandonnerai définitivement l’immigration et rentrer travailler pour mon pays .J’avais pris le pari de ne pas m’impliquer dans la politique locale, parce que j’avais jugé que des frères et sœurs de parti s’étaient investis pour que notre candidat accède au pouvoir .Et si on devait nommer à des postes de responsabilités ce sont eux qu’on devait prendre. Pour répondre clairement à votre question, beaucoup comme moi sont laissés en rade, évidemment nous sommes frustrés ,car y’avait beaucoup d’espoir surtout que la bataille n’était pas simple.

Actuellement, vous êtes le président du Mouvement pour le développement économique, social et culturel (Mode-Secu).Vous avez un projet qu’on annonce révolutionnaire …

En 2016, parents et amis et camarades de parti, qui sont au courant de mes activités antérieurs ,de mon engagement dans le monde associatif et de mes connaissances en business social, m’ont demandé de descendre sur le terrain .Ils voulaient créer un mouvement que je présiderais. Je leur ai répondu que si c’est un mouvement pour faire de la politique politicienne, cela ne m’intéresse pas, parce que j’ai déjà un parti, L’APR .Maintenant s’il s’agit d’un mouvement de développement économique, social et culturel ,qui servirait à faire sortir les populations des problèmes auxquels elles sont confrontées ,je suis partant .Nous avons déjà muri le projet

La première chose que j’ai faite est de me rapprocher de l’Agence nationale de la statisque et de la démographie (ANSD)pour avoir ce qu’on appelle la carte démographique et le carnet de santé du département de Pikine .Lequel se trouve être grand ,et peuplé de plus de 1,117 millions d’habitants .avec plus de 585 quartiers officiels repartis sur 16 communes d’arrondissement.

« MODE –SECU est un mouvement de développement économique, social et culturel, qui servirait à faire sortir les populations des problèmes auxquels elles sont confrontées »

Le chef de l’état est venu  au pouvoir avec le programme Yonnou Yokkuté devenu la plan Sénégal Emergent (PSE).Dans ce plan, il y’a ce que l’on appelle le capital humain .Dans notre département il est rare d’entrer dans un quartier ou vous ne trouverez pas un groupe de femmes, de jeunes qui veulent entreprendre .Ils sont organisé en divers projets.

Mais souvent ces populations n’ont que le vouloir et pas le pouvoir .Et l’économie fonctionne aussi avec des normes administratives techniques et culturelles .C’est pourquoi je me suis dit qu’il faut combattre l’informel et l’amateurisme.

En quoi faisant ?

Nous avons envisagé de créer une grande entreprise départementale .En fait la grande usine que nous prévoyons dans le département de Pikine. Ce n’est pas une usine géographique qui va se contenir sur un hectare ou un point défini. Nous avons voulu  créer quelque chose de transversale, sur un plan pyramidal, dans tout le département. Dans chaque commune d’arrondissement nous avons ciblés 3 produits et en faire des marques déposés. La transformation céréalières, les jus locaux et la fabrication de savons .C’est avec un label que nous pouvons promouvoir quelque chose.

Aujourd’hui nous avons la prolifération des centres commerciaux partout au Sénégal .Pour nos produits locaux, il y’a les problèmes d’emballages des produits de composition nutritionnelles de ces derniers, de santé publique qui ne sont pas visibles, et des fois ils ne répondent pas à certains normes. Nous, notre, Objectif est de combattre tout cela, d’harmoniser, d’avoir un label conforme avec toutes les autorisations et les normes requises.

Vous aurez la suite de l’entretien 

BOUDAL NDIATH