MAMOUDOU DIALEL ARTISTE CHANTEUR « Mamoudou Diol a créé une « école de musique » au fouta »

201

Mamoudou Dialel fait partie de ces chanteurs qui ont été formé par Mamoudou Demba Diol au sein de l’orchestre « Olel Fouta ». Pendant presque 8 ans c’est lui qui assurait les chœurs .Quelques mois après le décès de son cousin, Dialel sort de sa réserve et nous livre un entretien.

  • Présentez vous à nos lecteurs ?

J’ai rejoint le groupe « Olel Fouta » lors tournée à Fonde Gandé en 1997 et depuis ce jour je n’ai jamais cessé de penser au « Hoddou ». J’ai cheminé avec le groupe Olel Fouta jusqu’en 2005. A la fin de cette année, j’ai décidé de me lancer dans une carrière musicale en solo. C’est dans ce quartier à yeumbeul que j’ai joué pour la première en solo grâce un groupe dénommée « Dental Woni Dolee ». Ainsi, depuis ce jour, beaucoup de personnes font appel à moi dans le cadre de leurs activés culturelles.

Apres cela, avez-vous crée un orchestre ?

J’ai lancé mon groupe « Nanguee Jamm »avec les moyens du bord puisqu’en ce temps-là, je ne connaissais pas beaucoup de musiciens. Je prenais des artistes par ci et là pour une courte durée. D’autant plus que je fais de la musique traditionnelle et le folklore y occupe une grande place. C’est ainsi que j’ai poursuivi mon dessein tout en nouant des contacts avec des artistes qui m’ont aussi appris d’autres sonorités car la musique est universelle.

Pensez-vous que Olel est une école ?

Olel est une plus qu’une école, c’est une université, une famille. Tous ceux qui sont passées à Olel Fouta ont énormément bénéficié des avantages qu’offrait cet orchestre. Ce sont des personnes extraordinaires et humbles qui mettaient l’argent de côté au profit de notre formation. Personnellement, ce fut une expérience riche en tant qu’artiste.

Avez-vous prévu de rendre hommage à Mamoudou Diol ?

Cela fait partie de mon projet. Mais pour le moment, je préfère ne pas trop épiloguer et laisser les gens en parler. Je suis en train de travailler et avec l’aide de Dieu, les gens en sauront quelque chose.

Vous êtes toujours sous le choc suite au décès de Mamoudou Diol ?

En tant que croyant, je ne peux que me soumettre à la volonté divine. Le fouta a perdu un de ses plus grands fils et fervents défenseur de la culture halpoular.  Mamoudou était un artiste pétri de talents et ces textes sont des livres qui doivent être écoutés et entendus.

Que pensez vous de l’évolution de la musique halpoular ?

Elle est peu difficile parce que les paroles ne sont pas accessibles à tout le monde. Dans nos sociétés, des  fois la musique est considérée comme une futilité. Seul la volonté et l’ambition peuvent t’aider à franchir certains interdits relatifs à la vision de ce qu’à notre communauté sur la musique. En tant que musiciens, nous souffrons également de la faiblesse des producteurs qui doivent davantage promouvoir les artistes et gagner des profits car la musique est un showbiz

 

Entretien réalisé par Boudal Ndiath et Mamadou Ndiath

 

 

 

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

error: Action non autorisée