Drôles de cas d’eau de suez

Nouveau patron du groupe suez, numéro 2 mondial de l’eau derrière Veolia, Bertrand Camus doit-il – en partie — sa nomination au gain d’un gros marché entaché d’irrégularités ? Camus qui prendra ses fonctions de directeur général en mai, n’est pas responsable de ces bizarreries. Il dirigeait la division Afrique depuis quatre mois lorsque suez, en octobre dernier, a été désignée « adjudicataire » du contrat de l’eau des agglomérations sénégalaises (7 millions d’usagers), un marché ruisselant de 130 millions d’euros annuels pendant quinze ans. La décision fait l’objet d’un recours. Mais, en cas de confirmation, l’ex lyonnaise des eaux entrerait par la grande porte en Afrique subsaharienne dont elle est presque absente.

Profits en crue

L’attribution de ce contrat de production et de distribution d’eau a passablement chiffonné la société Sde française, avec des salariés locaux, qui tenait les tuyaux depuis 20 ans. Mauvaise perdante ? il faut dire que le cahier des charges désignait le moins disant comme vainqueur. ce que la Sde était – haut la main. Au début de mars, d’ailleurs l’Autorité de régulation des marchés publics sénégalaise a jugé recevable son recours, indiquant que la commission d’experts ayant désigné suez avait utilisé « un mode de calcul non prévu dans le cahier d’appel d’offres ». Avant même que les experts n’aient refait leurs comptes, cependant —ils doivent se prononcer sous peu —, Mansour Faye alors ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, a estimé, selon « Jeune Afrique » (24/3), qu’il était « en mesure de confirmer » le choix gouvernemental en faveur de Suez

A la vôtre !

Bizarre, mais il y a mieux. Le lancement de l’appel d’offres remonte à la fin 2016. or, quelques mois plus tôt, suez a offert un cadeau peu ordinaire à la ville de Saint-Louis, l’une des plus grandes du pays : cinq camions à benne tasseuse, pour le ramassage des ordures ménagères. la municipalité n’en possédait alors que deux. Nom du maire de Saint-Louis ? Faye Mansour, ce ministre de l’Hydraulique qui ne veut que du bien à suez. Contacté par « le canard », un représentant du groupe français souligne qu’il a «  cédé  des  camions bennes vieux de quinze ans, en fin de vie, à la demande de la municipalité  de  Saint-Louis  (et que) cette pratique (de cession de camions) est courante pour la plupart des opérateurs ». Mieux vaut que tout soit réglo : la mise en cause de la régularité de ce marché pourrait agacer la banque publique d’investissement et l’Agence française de développement qui ont co-financé la construction par… suez de l’usine locale de production d’eau de Keur Momar sarr. lors de la visite de Jean Yves Le Drion à Dakar en novembre, le sujet a été abordé. Mais puisque tout est limpide

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.