Me Moussa Diop « démonte »ses accusateurs

Accusé le jeudi 27 juin dernier, par l’Union démocratique des travailleurs (Udt) de Dakar Dem Dikk (3D) de mauvaise gestion au niveau de la société de transport public, le Directeur général Me Moussa Diop parle de propos d’opposants politiques membres des parti Pastef/Les patriotes et Rewmi. preuves à l’appui en conférence de presse hier, vendredi 28 juin, Me Diop a botté tout en touche, non sans prévenir qu’on ne peut pas passer par lui pour atteindre le président de la République, Macky Sall.

C’est un Me Moussa Diop qui a enfilé sa robe d’avocat rangée dans les tiroirs depuis 5 ans, en juillet 2014, qui a fait face à la presse hier, vendredi 28 juin, pour apporter des réponses aux accusations de l’un des syndicats de Dakar Dem Dikk, à savoir l’Union démocratique des travailleurs de 3D (Udt). En effet, le Directeur général de la société de transport public est arrivé dans la salle avec une pile de documents pour botter en touche les accusations portées contre sa personne par les syndicalistes, qu’il a d’ailleurs taxé «d’opposants encagoulés». Citant nommément les responsables de ce dit syndicat, il dira que presque tous sont membres du parti Pastef/Les patriotes d’Ousmane Sonko, à l’exception d’un seul qui est du parti Rewmi d’Idrissa Seck.

Avec une vidéo de la conférence de presse à l’appui, il dira que les syndicalistes ont eux-mêmes avoué qu’ils sont des opposants. Toutefois, estimant que ces «opposants» veulent passer par lui pour atteindre le chef de l’Etat, Macky Sall, il préviendra qu’il ne subira «aucun chantage» et que ces derniers n’atteindront pas leur objectif, car étant capable lui-même de gérer l’affaire. Par ailleurs, Me Moussa Diop est revenu point par point sur l’ensemble des accusations portées contre sa personne. Tout d’abord, il a évoqué la somme de 71 millions dues à l’Ipm et réclamées par l’Udt.

Rappelant avoir trouvé un passif social de 400 millions de FCFA, il informe avoir soldé 369 millions. Une somme qu’aurait détourné l’équipe qui gérait l’Ipm, à sa tête l’ancien président de l’Udt, Mamadou Goudiaby, pour la construction d’un centre médico-social à Pikine, en 2018, pour préparer la retraite de M. Goudiaby, qui a pris ses droits à la retraite depuis janvier 2019. Il précise que la direction de 3D n’a rien à voir dans la gestion de l’Ipm et n’a pas été à l’origine de la fermeture dudit centre.

Pour lui, c’est suite à une plainte des autres syndicats de la boite que le centre a été fermé pour détournement d’objectif par l’Inspection du travail et pour défaut d’autorisation par le ministère de la Santé. Toutefois, il promet de payer directement les pharmaciens, hôpitaux et médecins sans passer par les gestionnaires de l’Ipm qui «ont fait un détournement d’objectif avec les 369 millions».

Concernant les accusations de népotisme dans la gestion des carrières du personnel, Me Moussa Diop a brandi les décisions de promotion prises par la direction pour l’ensemble des employés, dont ceux des membres de l’Udt ainsi que celles de leurs proches. Cela, non sans préciser que «90% du personnel est touché par les mesures de respect du plan de carrière». Pour ce qui est de retard noté dans l’achat des pièces détachées pour les bus en panne, le patron 3D dit refuser de faire dans «l’illégalité» et montre l’approbation de la Direction centrale des marches publiques (Dcmp), reçue le 21 juin dernier.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.