Oumar Sarr et compagnie menacent de porter plainte

En conférence de presse hier, vendredi 23 août, Oumar Sarr et compagnie, regroupés en une “Alliance Suqali Sopi“, qui estiment que ledit acte est entaché d’illégalité conformément aux statuts de leur parti, promettent de ne reculer devant rien, pour défendre le respect des lois du parti et la démocratie interne. Lui et ses camarades frondeurs menacent de porter l’affaire devant le tribunal, si toutefois le camp de Karim Wade décidait de les expulser du parti.

C’est parti pour une guerre ouverte sans précédent entre le camp du fils de l’ancien président, Karim Wade et les frondeurs du Parti démocratique sénégalais (Pds), suite aux profondes modifications apportées dans la nomenclature du Secrétariat national du parti. Les deux camps rivaux qui se regardent en chiens de faïence risquent de poursuivre leur bras de fer au tribunal. Pour cause, le désormais ancien Secrétaire national adjoint du Pds, Oumar Sarr, même s’il réclame toujours ce poste au sein du parti, et ses camarades «rebelles» constitués en “Alliance Suqali Sopi“, promettent d’attraire leurs camarades rivaux devant le tribunal si toutefois, ils mettaient à exécution leur menace de les expulser du parti.

En conférence de presse hier, vendredi 23 août, le maire de Dagana informe que «s’ils veulent prendre des mesures (l’exclusion) en s’appuyant sur des actes illégaux nous irons au tribunal, parce que nous avons la légalité avec nous». Sur le fondement de ses assertions, Oumar Sarr laisse entendre que les articles 20, 21 et 32 du statut du parti «indiquent que seul le Bureau politique peut procéder à des modifications provisoires». Suffisant pour lui de considérer comme «illégal» l’acte constituant ce Secrétariat là du point de vue des statuts du parti.

BOUDAL NDIATH

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.