Yaya Sow éjectée de la vice présidence de la commission santé

Le chef de l’etat continue de couper des têtes. Alors qu’on n’a pas encore fini d’épiloguer sur le limogeage de trois hauts fonctionnaires, le président Macky Sall a évincé le député Yaya Sow de son poste de vice-président de la Commission de la Santé, de la population, des Affaires sociales et de la Solidarité nationale de l’Assemblée. en outre, la bataille fait rage dans le département de Kaffrine où deux listes de maires circulent sur fond de guerre de positionnement entre leaders de l’Apr

Le Président Macky Sall a le sang chaud par les temps qui courent. Il suffit juste d’une petite liberté de ton pour qu’il fasse virevolter le sabre et sanctionne sévèrement l’auteur. Fidèle à cette méthode, il a rallongé la liste de ses victimes en sévissant contre le député Yaya Sow. Après le limogeage de Sory Kaba de son poste de Directeur général d’Appui aux Sénégalais de l’Extérieur, de Moustapha Ka de son poste de Directeur des Droits de l’homme et de Samba Ndiaye Seck de son poste de Directeur de cabinet du Secrétaire d’Etat à la Promotion des droits humains et de la bonne gouvernance, le chef a sabré Yaya Sow en le faisant sauter de ses fonctions de vice-président de la Commission de la Santé, de la Population, des Affaires sociales et de la Solidarité nationale que préside Awa Guèye.

Le député-maire de Ribot Escale fait ainsi les frais de ses attaques contre le Président Macky Sall lors la formation du bureau de l’Assemblée nationale. En effet, mécontent de la composition du bureau de l’Assemblée, il avait boycotté le vote avant d’inviter le Président Sall à accorder plus de considération aux responsables de la première heure de l’Alliance pour la République (Apr). Une sortie qui lui vaut ainsi une sanction même si le poste n’est pas aussi stratégique. Le député Yaya Sow est remplacé par le député Khalil Ibrahima Fall, non moins maire de Keur Samba Kane. Même si sa révocation du poste de vice-président de la Commission de la Santé le laisse de marbre, l’acte posé par le N°1 des apéristes constitue un signale fort à l’endroit des militants du parti présidentiel, à l’image de Moustapha Diakhaté, qui font montre d’une la liberté de ton. C’est dire que Macky Sall ne varie pas dans sa dynamique de sanctionner toute velléité de rébellion dans la mouvance présidentielle.

Pourtant, certains observateurs pensent que cette guerre ouverte contre Yaya Sow, menée par Farba Ngom, n’est que le début d’une guerre par procuration contre Harouna Dia à qui l’on prête des ambitions de succéder à Macky Sall. «Pour autant que je sache, Yaya Sow n’a dit nulle part qu’il quittait Macky Sall, au point que Farba Ngom reçoive des maires de Kaffrine et leur fasse signer une déclaration de soutien à Macky Sall. Le maire des Agnam veut juste créer une tension fictive et par ricochet mettre en garde Harouna Dia», explique un proche de Yaya Sow qui accuse le maire des Agnam de travailler pour Amadou Ba qui est son ami.

En tout état de cause, la défiance de Yaya Sow risque de lui couter cher. Visiblement, la direction de l’Apr est dans une logique de l’exclure ou le pousser vers la sortie. D’autant que la bataille est transférée au niveau local.

En effet, nos confrères de «dakaractu» ont publié une liste d’émargement de 28 maires de la région de Kaffrine qui se désolidarisent de leur collègue Yaya Sow pour réaffirmer leur soutien sans faille au Président Macky Sall et à son gouvernement. De son côté, Yaya Sow a fait parvenir à «L’As » une liste sur laquelle plusieurs maires ont apposé leurs cachets. Ces derniers, qui se retrouvent dans ses déclarations, lui témoignent leur soutien.

A propos de son éviction, Yaya Sow déclare avoir même dit au président du groupe qu’il renonçait à ce poste. Toujours est-il que l’Apr connaît une crise interne tant au niveau des jeunes qu’au niveau des responsables adultes.

Partager Facebook Twitter Pinterest LinkedIn WhatsApp

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.