Ousmane Mbengue écroué et jugé lundi prochain

Ousmane Mbengue a été écroué et sera jugé lundi prochain. il devra répondre des chefs de menace de mort ou d’assassinat, par le biais d’un système informatique, incitation à la commission de provocation de délit ou de crime contre des personnes non suivi d’effet.

Le nouvel pensionnaire de la prison de Rebeuss sera jugé lundi prochain devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. En attendant, il souhaite la clémence de la justice car, d’après nos sources, lors de son inculpation, il a fait son mea culpa, en implorant la magnanimité du magistrat. Une posture qu’il a déjà eue après le tollé soulevé par son post. S’identifiant sous le nom de “Usmaan Mbengue’’, l’internaute a voulu réagir à sa manière à l’affaire Bineta Camara et, d’une manière générale, sur les violences faites aux femmes. Il a tout simplement appelé à l’extermination de ces dernières.

Dans son post, il disait à une autre internaute : “… Satou, avec tout le respect et l’amour que j’ai pour toi… je ne suis pas un psychopathe, je ne déteste pas non plus les femmes, mais je pense personnellement qu’on devrait diminuer leur effectif pour espérer se développer un jour. On doit en tuer beaucoup même, car tous les problèmes du pays viennent des femmes…’’ Quelques instants plus tard, le jeune garçon, sans doute rappelé à l’ordre ou conscient de sa grosse bêtise, est revenu se repentir. En disant : “Je m’excuse pour le malentendu qu’il y a eu sur un commentaire que j’ai fait sur un post et qui a créé la polémique. Je vous jure que je suis vraiment désolé pour ce commentaire qui est parti plus vite que ma tête (sic).

Les gens qui me connaissent savent que je suis loin d’être insolent, encore loin d’inciter à la haine… ’’ Poursuivant, Usmaan ajoutait : “Je suis simple citoyen du Sénégal et je suis plutôt connu pour mon ironie, ma comédie. Je plaisante beaucoup, mais je ne suis même pas capable de faire mal à une mouche. … J’ai fait une erreur, je délirais…’’ Hélas pour lui, le repentir semble être venu un peu trop tard. Puisqu’il sera arrêté par la Section de recherches de la gendarmerie.

BOUDAL NDIATH

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.