Alassane Ouattara s’est prononcé pour la première fois sur l’« affaire Guillaume Soro »:”Nul n’est dessus de la loi “

Ivory Coast's President Alassane Ouattara looks on as he attends the opening of an extraordinary session of the West African Economic and Monetary Union zone (UEMOA) on April 10, 2017 in Abidjan. / AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Lors d’un point de presse avec son homologue équato-guinéen, Alassane Ouattara s’est prononcé pour la première fois sur la dite « affaire Guillaume Soro ». Il assure que la loi sera appliquée.

Le président Alassane Ouattara a mis en garde samedi contre toute tentative de déstabilisation de la Côte d’Ivoire, allusion à l’affaire Guillaume Soro et avertissement à tous les candidats à la présidentielle de 2020.

« Nul ne sera autorisé à déstabiliser la Côte d’Ivoire, a déclaré le président ivoirien.Le droit sera appliqué à tous, candidat ou pas. Et les candidatures ne sont pas encore ouvertes par la commission électorale indépendante. Et même si c’était le cas, nul n’est au-dessus de la loi. Aussi bien les anciens présidents, les présidents d’institution, le président de la République que tous les autres. »

« Nous sommes des citoyens et nous sommes responsables devant les juridictions, a-t-il encore souligné. Les députés ne sont pas au-dessus de la loi. Ils ne peuvent pas être poursuivis dans le cadre de l’exercice de leur fonction. Mais quand ils sont mêlés à la déstabilisation de ce pays, ils doivent faire face à la rigueur de la loi. »

Guillaume Soro est accusé par la justice d’avoir fomenté « une insurrection civile et militaire » pour s’emparer du pouvoir, ce qu’il nie. Il a tenté de revenir en Côte d’Ivoire lundi, après six mois à l’étranger, mais son avion a fait demi-tour vers l’Europe, où il se trouve actuellement.

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Guillaume Soro se défend de chercher à déstabiliser la Côte d’Ivoire. Il réfute les accusations dont il fait l’objet. « C’est ridicule. Je suis en France depuis six mois et jusqu’alors aucun mandat n’avait été émis contre moi. Et subitement, alors que je suis dans le ciel pour arriver à Abidjan, il tombe ! », accusant ainsi le président Alassane Ouattara « d’instrumentaliser la justice pour écarter un candidat sérieux à l’élection présidentielle ».

Source :RFI

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.