Macky et Recep Tayyib Erdogan signent 7 nouveaux accords

Les présidents Macky Sall du Sénégal et Recep Tayyib Erdogan de la Turquie ont signés à Dakar hier, mardi, sept nouveaux accords relatifs à l’éducation, au sport, à la défense, à l’énergie, au tourisme comme à la gestion des catastrophes et au commerce. Cela entre dans le cadre de la deuxième visite officielle au Sénégal du chef de l’Etat turc, confirmant ainsi l’excellence des relations entre les deux Etats, ont affirmé les deux présidents, en conférence de presse conjointe organisée hier, au terme d’un tête-à-tête.

Le président de la république du Sénégal Macky Sall, et son homologue de la République de Turquie, Recep Tayyib Erdogan, en visite officielle à Dakar hier, mardi,  ont magnifié l’excellence de la coopération qui s’intensifie entre les deux pays  avec de nouveaux accords de coopération. C’est ainsi que le président Sall a soutenu que «ces 7 nouveaux accords vont contribuer à l’amélioration du cadre juridique de notre coopération bilatérale».  Avant de poursuivre: «Erdogan et moi-même allons présider l’ouverture du forum économique Sénégalo-Turc. Lequel réunira les deux secteurs privés respectifs qui travaillent déjà ensemble dans plusieurs domaines, singulièrement dans le domaine des infrastructures. Et nous souhaitons que cette coopération se renforce davantage, notamment par la création de joint-ventures sur des bases plus durables».

Au bonheur des coopérants, le président Erdogan dira: «Nous avons mis en œuvre la majorité de nos objectifs déterminés en 2018 et nous avons atteint les 400 millions de dollars de volume commercial. Notre objectif actuel est d’élever ce chiffre à 1 milliard de dollar. Je suis convaincu que nous atteindrons cet objectif en peu de temps».

Le président Sall, satisfait de cette coopération, fera remarquer à propos de la Turquie : «C’est un partenaire important pour le développement du Sénégal. Il nous accompagne, en particulier dans la réalisation diligente d’infrastructures de développement», citant dans la foulée l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), le Centre international de conférences Abdou Diouf (Cicad), Dakar Aréna, et la participation d’entreprises turques dans la réalisation du Train express régional ainsi que la construction du Stade olympique de Diamniadio entre autres pour louer l’exemplarité de la coopération entre le Sénégal et la Turquie. Au regard de tout cela, Macky Sall de s’en réjouir: «Nous avons une collaboration dynamique empreinte de respect mutuel et orienté vers l’emploi avec les nombreux chantiers ».

Macky Sall a en outre laissé entendre que la question de l’arachide a été au cœur des discussions pour que la Turquie puisse devenir le troisième client de l’arachide sénégalais après la Chine et l’Europe.

1 500 sénégalais en Turquie régularisés

Pour ce qui est des 1 500 sénégalais en situation irrégulière en Turquie, le président Macky Sall s’est réjoui de cette issue heureuse. «Je me réjouis de la régularisation de nos compatriotes en Turquie», a-t-il tenu à rappeler.

L’Union africaine va faire la médiation dans la crise libyenne

Interpellé sur la situation préoccupante de la Libye, le chef de l’Etat Macky Sall dira: «Pour ce qui est de la Libye, une situation très complexe, j’ai interpellé mon ami et frère, le président Erdogan, en lui faisant part de mon inquiétude sur les conséquences qui peuvent en découler pour le continent africain. Et notre volonté est d’impliquer l’Union africaine dans toute recherche de solutions politiques et non de guerre…».

Macky magnifie les entreprises Turques

A la question de savoir quelle appréciation le président fait de la présence des entreprises Turques au Sénégal, Macky Sall a dit l’apprécier positivement. «Je suis satisfait du niveau d’engagement et de qualité de service rendu des entreprises turques». A ces yeux, «il faut faire la différence avec les entreprises qui font de l’Epc (Engineering procurement and construction), c’est à dire qui créent, gagnent un marché et le réalisent sur investissements propres. Tosyali, c’est un investissement turc chez nous. Il doit mettre une unité de fabrication de métal, de fer à béton, ainsi que de fil machine. Donc c’est un investissement privé au Sénégal…En attendant de soumettre une demande pour faire la remontée de filière, c’est à dire au lieu d’importer le fer, de pouvoir voir dans quelles mesures l’entreprise pourrait être autorisée à le faire. Et ceci dépendra des modalités et des conditions pour être autorisé à exploiter notre fer», a précisé Macky Sall.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.