Cheikh Oumar Hann sort ses griffes

La publication du livre «Scandale au cœur de la République : le dossier du Coud » révulse Cheikh Oumar Hann. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche compte répliquer par une plainte contre pape Alé Niang et ses souteneurs. En plus de vouloir laver son honneur par le biais de la justice, il annonce la publication de livres pour régler ses comptes avec ses détracteurs.

Cheikh Oumar Hann contre-attaque. Le maire de Ndioum a profité du «cleaning-day», samedi dernier, pour charger ses détracteurs particulièrement Pape Alé Niang qui a publié récemment un livre compromettant pour le responsable apériste et ancien directeur du Coud. En marge des opérations de nettoiement, organisées dans sa Commune, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a traité Pape Alé Niang et ses souteneurs de «maîtres chanteurs». A l’en croire, son problème avec ces derniers date de 2016 suite à la publication du rapport de l’Ofnac qui, d’ailleurs, a épinglé sa gestion au Coud. «J’ai toujours voulu laisser faire parce que je considérais que je ne boxais pas dans la même catégorie qu’eux. Mais il est temps aujourd’hui que le peuple sénégalais nous départage et que la justice s’en mêle », a laissé entendre Monsieur Hann. Il dit être victime d’un chantage orchestré par l’ancienne Présidente de l’Ofnac qui, selon lui, est commanditaire du livre : «Scandale au cœur de la République : le dossier du Coud.» «Le livre qui sort aujourd’hui, c’est un pas de plus dans la démarche de Madame Nafy Ngom Keita qui veut faire de moi un symbole national de la mal gouvernance. Je ne suis pas le symbole de la mal gouvernance parce qu’il n’y a pas de mal gouvernance dans le régime de Macky Sall. Il n’y en a pas et je ne pourrais être le symbole de cette affaire-là », s’est-il défendu. Non sans dire que le moment est arrivé pour que tous ses détracteurs répondent de leurs actes de chantage.

Poursuivant, le maire «apériste» estime qu’il est temps aujourd’hui qu’il se dresse contre ses pourfendeurs pour faire valoir les valeurs et les principes qui ont guidé tout son chemin ; de sa naissance jusqu’à ce jour. «Ils utilisent des moyens de chantage. Mais ils ne peuvent pas me faire chanter. Il faudra qu’ils comprennent qu’ils se sont attaqués à moi en 2016 en mettant en place un système de mensonge. Et j’ai laissé le peuple sénégalais constater que c’était du mensonge. Le peuple sénégalais a tranché par ses institutions », soutient-il. Cheikh Oular Hann a par la suite prévenu ses détracteurs en affirmant qu’ils n’échapperont pas à sa furie. «Ils ont sorti un livre de mensonges en disant que c’est un rapport qui a été exploité. Tous les faits qui y sont traités sont à 90% des faits qui n’existent dans aucun rapport et qui ne peuvent m’être imputés. Dans le livre, je suis considéré comme un complice. De principal responsable, je deviens un complice », déplore-t-il. Avant d’annoncer une plainte dans les prochains jours contre le journaliste Pape Alé Niang et tous ses souteneurs. «Je sortirai un livre, d’autres sortirons des livres. Et nous traquerons tous ces maîtres-chanteurs et leurs soutiens. Je dis bien et tous leurs soutiens, de quelque bord que ce soit », tonne-t-il.

ATTAQUES CONTRE L’ANCIEN DIRECTEUR DU COUD : SES PARTISANS PROMETTENT D’APPLIQUER LA LOI DU TALION

Par ailleurs, dans un communiqué parvenu à «L’As», les partisans du ministre de l’Enseignement supérieur dénommés les «boucliers de Cheikh Oumar Hann» ont ruminé leur colère avant de déverser leur bile sur l’ancienne Présidente de l’Ofnac. Selon eux, c’est Nafi Ngom Keïta qui a écrit le livre et que Pape Alé Niang n’est qu’un simple «mercenaire». Leur conviction est que Nafi Ngom Keïta a donné au journaliste les moyens pour exécuter cette mission en puisant sur un rapport «truffé» de mensonges du COUD. «Nafi Ngom a procédé à un chantage qui n’a pas prospéré. Ensuite, elle a tout fait pour que Cheikh Oumar Hann soit entendu et relevé de ses fonctions sur la base de gros mensonges, en vain. C’était mal connaître Cheikh Oumar Hann qui a une bonne formation politique et intellectuelle et qui a eu à s’illustrer par le passé en tant que syndicaliste », lit-on dans la note parvenue à la Rédaction.

Les «boucliers de Cheikh Oumar Hann» estiment que Nafi Ngom Keita ne pardonnera jamais à Cheikh Oumar Hann de l’avoir fait tomber. «Elle veut, coûte que coûte, s’en prendre à Cheikh Oumar Hann. Mais c’est peine perdue », renchérissent-ils. C’est pourquoi, ajoutent-ils, elle fait de la délation en sortant un livre truffé d’erreurs et d’amalgames. «Elle parle de complicité, de recrutement à titre posthume, de subventions et de la visite du Président à l’Université. Nafi impute même des faits à Cheikh Oumar Hann alors qu’ils ne relèvent pas de sa gestion», se désolent-ils. Ainsi, ils déclarent que désormais, leur leader va utiliser les mêmes armes que ses adversaires et qu’il va porter plainte. «Cheikh Oumar Hann va les écraser. Nous ne laisserons plus personne s’attaquer à notre leader avec des arguments aussi légers. Nous allons appliquer la loi du Talion », ontils conclu.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.