Université virtuelle du Sénégal : Mythe, statistiques et réalité

L’université virtuelle du Sénégal a connu un développement explosif. En 6 ans d’existence, elle est devenue la deuxième université en termes d’effectifs, avec 29 000 étudiants, derrière l’Ucad.

Avec la décision du gouvernement, cette année, d’orienter tous les nouveaux bacheliers dans dans le public, l’Uvs s’est vu affecter 10 000 étudiants de plus. Ce qui fait un total de 39 000 pensionnaires en 7 ans.
Pourtant, souligne Momar Sylla Dieng de la section Saes de l’Uvs, le budget de l’établissement n’est que de 4,5 milliards. Il s’y ajoute, ces deux dernières années, un endettement de 1,5 milliard.

La révélation a été faite ce vendredi à l’occasion d’un article sur les universités publiques pour le compte des jeunes reporters.

Cet écart entre les effectifs et le budget donne le sentiment à Dieng que l’Etat pense qu’il peut ne pas dépenser avec l’Uvs.

“L’enseignement à distance nécessite des coûts incompressibles. Il faut un data center, un logiciel, il faut payer la connexion des Eno (Espace numérique ouvert) et du siège”, fait remarquer Momar Sylla Dieng.

Parlant justement des Eno, à ce jour, seuls 4 sont livrés pour 50 espaces promis. Auparavant, les Eno n’étaient que 2, un à Kolda et un autre à Dakar.

Le ministère avait promis de livrer 5 Eno avant le démarrage des cours. Mais finalement, seuls 2 Eno supplémentaires (Guédiawaye et Saint-Louis) sont disponibles.

Les 3 autres prévus à Louga, Thiès et Pikine sont toujours attendus. Quant aux 42 autres, on n’en parle plus, regrette Abdou Khadre Diop.

Cependant, malgré toutes ces difficultés, l’Uvs est loin d’être ce qu’on veut faire d’elle. Du moins si l’on en croit le vif plaidoyer de Momar Sylla Dieng.

Ce dernier, tout en s’offusquant de la “diabolisation” de l’Uvs, s’est même félicité du fait que le modèle de l’Uvs soit copié au Mali, en Côte d’Ivoire et même en France, sous le nom campus connectés.

D’ailleurs, souligne-t-il, le taux de décrochage est passé de 44% à la première année (2014) à 22%. En plus, ajoute-t-il, ceux qui intègrent et adoptent le système restent à 90%.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.