La panique,malgré les assurances du gouvernement

La psychose du coronavirus a gagné nos compatriotes ! En effet, depuis l’annonce d’un premier cas de coronavirus dans notre pays — il y en a eu un autre hier —, on assiste à des changements de comportements au niveau des Sénégalais. Et on assiste à une ruée vers les pharmacies pour se procurer des masques de protection ou des gels antiseptiques.

Le Sénégal a enregistré, lundi, en fin de journée, son premier cas de coronavirus avant qu’un autre cas ne soit confirmé hier en début d’après-midi à Guédiawaye. Au lendemain de l’annonce du premier cas, le moins que l’on puisse dire est que la panique s’est installée dans notre pays. Du moins, dans la capitale. Ce, en dépit des garanties données par le Gouvernement pour rassurer quant au fait que la situation est sous contrôle. Dans les maisons, dans les rues, des les lieux de travail comme dans les lieux de rassemblement, chacun y va de son expertise.

Dans un minibus Tata sur l’itinéraire Diamaguène-Colobane, on discute sur cette actualité brûlante. La plupart des passagers portaient des masques de protection. En dépit des contre-indications des experts selon qui seules les personnes ayant des difficultés respiratoires doivent en porter !

« Personne   ne souhaitait  l’apparition   de   cette maladie  dans  notre pays. N’empêche, je  m’y attendais. J’ai commencé à être inquiet depuis que cette maladie a commencé à se propager en Europe avec des milliers (sic) de morts », confie un voyageur qui, visiblement, voulait apparaître comme un savant aux yeux des autres passagers. Pour un autre passager de cette même ligne, c’est la défaillance totale des services du personnel de l’Aéroport international Blaise Diagne, qui n’ont pu détecter très tôt ce cas, qui serait en cause ;

Une rupture des masques et gels antiseptiques dans les pharmacies

Dans les plupart des pharmacies de la capitale, on assiste à une rupture générale de stocks de produits antiseptiques et de masques. Les clients se sont précipités pour tout rafler dès l’annonce du premier cas de coronavirus. « Depuis les vents de  poussière de la semaine dernière,  on a reçu beaucoup de demandes de masques. Hier, quand le cas du coronavirus a  été   confirmé, on a connu un rush. Actuellement,  on  connait  une  rupture    de masques  que  nous  vendions    à    600  francs l’unité. On  vend  aussi    des  produits  antiseptiques. La demande est très forte, c’est pourquoi on a prévu de faire une autre  commande dès ce soir » informe le Dr Aliou Badara Ly dont la pharmacie Touba Mbacké se trouve à Colobane après la station Elton. Toutefois, il est d’avis qu’il n’y pas de quoi s’alarmer avec le cas de coronavirus détecté dans le pays.

En effet, estime-il, notre système sanitaire est très performant. De ce fait, si les Sénégalais respectent les mesures de prévention, en utilisant les produits antiseptiques, notre pays ne connaitra pas une propagation massive de l’épidémie.

A en croire le Dr Sidibé de la pharmacie Serigne Touba Mbacké de la Cité Port, en face de la mosquée de Massilikoul Djinane, le personnel était déjà préparé à une éventuelle arrivée du coronavirus. « Comme l’avait suggéré le ministère de la Santé, Chacun avait pris ses dispositions pour cela. La vente des masques a débuté  surtout  avec l’arrivée de la poussière. Ce qui avait occasionné la  flambée  des    prix.  On  éprouvait même des difficultés pour nous approvisionner par rapport à la  demande » indique ce pharmacien qui se désole que certains se procurent les masques pour les revendre au triple de leur prix. Comme son collègue de Colobane, le pharmacien de la Cité Port conseille à nos compatriotes de rester calmes et de ne pas paniquer. Dans son officine, son personnel conseille la clientèle sur la conduite à tenir.

Les vendeurs de téléphones portables pas épargnés !

Le coronavirus, c’est aussi un coup de frein aux produits importés de Chine où beaucoup de commerçants sénégalais s’approvisionnaient en matériels didactiques et multimédias. Sam Sylla tient son grand magasin à Colobane. Le coronavirus a freiné ses importations de téléphones portables en provenance de Chine. « On prie Dieu pour que la maladie ne se propage dans notre pays. En raison de la maladie du coronavirus, on ne reçoit plus de marchandises provenant de Chine » explique-t-il tout en se voulant rassurant…

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.