FERMETURE DES MOSQUÉES : La mesure divise les fidèles

La mesure consistant à surseoir jusqu’à nouvel ordre aux rassemblements des personnes pour la prière du vendredi, en fermant les Mosquées, prise par le Gouverneur de Dakar, entre en vigueur ce 20 mars. La mesure divise toutefois les musulmans, selon le constat fait par les correspondants d’Emedia.

A Guédiawaye, dans la banlieue dakaroise, aucune Mosquée n’a ouvert ses portes. Ce qui irrite certains fidèles à l’instar de Moustapha Sène, une personne du 3e âge rencontrée à la Grande Mosquée de Cheikh Wade. Venu pour préparer la prière, il exprime son désaccord au micro d’iRadio. « Je ne suis pas d’accord », indique-t-il, soutenant « qu’il faut croire en Dieu. Quand il y a une épidémie, il faut faire des prières, faire une lecture du Saint Coran, ouvrir les Mosquées pour que les gens puissent y prier. Un jour comme le vendredi, chez les musulmans, on n’ouvre pas les Mosquées, c’est une véritable défaite. En tout cas, moi, je ne suis pas d’accord ».

« C’est une très bonne idée », se démarque Mohamed Diouf, en boubou traditionnel.

Les portes sont également fermées à la Mosquée du forage, sise à une centaine de mètres. Ousmane Diouf, qui habite en face du lieu de culte, coupe la poire en deux : « Un individu doit s’orienter par rapport à la position de ses guides. Si ceux qui nous guident disent qu’il ne faut pas aller prier, moi, je n’irai pas. Je suis juste un talibé, qui respecte les instructions ».

L’Association régionale des Imams de Ziguinchor, à l’intérieur du pays, est favorable à la mesure pourvu que l’on permette aux fidèles d’effectuer les 5 prières quotidiennes dans les Mosquées. D’après ses membres, la situation est loin d’être critique.

« Il y a un consensus total sur la suspension de la prière du vendredi compte tenu de l’évolution de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus. Nous avons convenu conformément aux directives des associations mères d’appeler les fidèles à suspendre la prière du vendredi sur toute l’étendue de la région à compter de ce vendredi », précise d’emblée Imam Daouda Dramé, le coordonnateur des Imams de Ziguinchor.

A l’en croire, cette décision ne transgresse en aucun cas les préceptes de l’Islam. « Cette décision est conforme aux enseignements du Prophète de l’Islam (PSL), qui disent clairement qu’en cas de pandémie, de se confiner chez soi si on n’a pas été encore infecté par la maladie. Si on est déjà atteint de consulter un médecin ou une personne habilitée et d’éviter également de voyager, et les rassemblements, pour ne pas propager la maladie. »

Mais, la pomme de discorde reste la suspension des 5 prières quotidiennes dans les Mosquées. Maintenant, la divergence chez les associations est par rapport à la suspension des 5 prières dans les Mosquées.

Ainsi, les Imams de Ziguinchor rejoignent les Evêques qui avaient, déjà, suspendu les messes dans les Églises depuis l’interdiction dans les grands rassemblements.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.